Migraine et myothérapie avec la collaboration du docteur E. SENY, Hannut/Belgique
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -20%
Nike MD Runner 2
Voir le deal
51.97 €

migraine chronique adolescent - MERCI Dr Seny !

Aller en bas

migraine chronique adolescent - MERCI Dr Seny ! Empty migraine chronique adolescent - MERCI Dr Seny !

Message  Michel Lun 12 Oct - 11:38

Concerne: migraine - traitement du Dr Seny 2020

Mon fils, né en 2002, souffre de maux de tête et de maux de ventre chroniques depuis l'âge de 7 ans.

A partir du mois d'août 2018, son état se détériore. Ses céphalées surviennent désormais quotidiennement et sont le plus souvent accompagnées de problèmes digestifs (alternance constipation/diarrhée, vomissements), d'une rhinite inflammatoire ainsi que d'un état de faiblesse générale inexpliquée accompagné de troubles de la concentration.

Un mois plus tard, des épisodes paroxystiques (douleur frontale, une quinzaine de crises par mois) s'ajoutent à la douleur "de fond" qu'il doit subir quotidiennement. Aucun anti-douleur ou anti-inflammatoire (Apranax, Dafalgan, Ibuprofène, ...) ne parvient à le soulager.

S'en suit un véritable pèlerinage médical et une partie interminable de ping-pong entre généralistes, pédiatres et spécialistes. Les résultats des analyses sanguines, gastroscopies et autres IRMs étant négatifs, les médecins consultés (ORL, gastro-entérologues, pédiatre neurologue, spécialiste des maladies infectieuses, allergologue, endocrinologues, ...) concluent qu'aucun traitement n'est envisageable dès lors que ses analyses et paramètres sont normaux, hormis un déficit sélectif en Iga susceptible d'expliquer l'inflammation des sinus frontaux et les crampes abdominales en raison de leur absence d'action sur les muqueuses respiratoires et digestives.

Déjà partiellement déscolarisé en raison des douleurs et des crises, cet adolescent de bientôt 16 ans passe une partie considérable de son temps dans les cabinets et les hôpitaux. Les imageries et analyses les plus fines ayant été réalisées et n'ayant révélé aucune anomalie, il ne nous reste plus qu'à nous tourner vers les thérapies alternatives suggérées par des connaissances ou des médecins au pire indifférents, au mieux désemparés (homéopathie, acupuncture, thérapies douces, auto-hypnose, microkiné, posturologie, sophrologie, kiné maxillo-faciale, et j'en passe). Devant la souffrance d'un enfant, il ne faut rien laisser au hasard et ne rien écarter - c'est du moins notre point de vue en tant que parents. Ne jamais abandonner et recommencer à y croire, sans cesse, et ce malgré les échecs successifs. Malheureusement, ces nouvelles tentatives n'aboutissent à rien. Seule lueur d'espoir: les compléments alimentaires prescrits par un médecin généraliste homéopathe qui parviennent à apaiser ses douleurs abdominales et, dans une certaine mesure, à lutter contre ses états de fatigue persistants.

Après plusieurs mois d'attente (quelle que soit son intensité, la souffrance d'un adolescent ne semble pas constituer un passe-droit dans les milieux hospitaliers), nous voici enfin parvenus au stade essentiel du parcours du migraineux: le rendez-vous tant attendu chez le neurologue spécialiste de cette mystérieuse maladie au CHU de Liège, le Dr Schoenen, lequel prescrit sans hésiter des bétabloquants, de l'almotriptan, ainsi que de l'ibuprofen en début de crise. Les bétabloquants étant incompatibles avec une pression artérielle basse (c'était à prévoir et avait été signalé et détecté lors de la consultation), ils sont abandonnés après quelques jours. Quant aux triptans, ils se révèlent sans effet, hormis les nombreux effets secondaires délétères bien connus de leurs utilisateurs. C'est aussi le cas du Céfaly (prix d'achat 300 EUR) dont les concepteurs nous invitent, trois mois plus tard, à adresser une demande de remboursement au Ministère de la Santé dans le but de convaincre nos décideurs de rembourser l'engin de manière systématique. Le lecteur averti comprendra que, quelle que soit l'efficacité présumée des ces traitements pour les patients, leur intérêt financier pour certains lobbys et certaines industries n'est plus à démontrer ...

Après des résultats aussi décourageants, nous sollicitons l'avis d'un second neurologue qui nous propose une panoplie de traitements incluant des anti-épileptiques (quatre mois sous Dépakine, sans effet), des anti-dépresseurs et d'autres variétés de triptans. Nouvelle désillusion.

Nous sommes maintenant en hiver 2019. A l'occasion d'un contrôle de routine chez l'orthodontiste, cette dernière mentionne les travaux et recherches du Dr Seny, à Hannut, et nous encourage à aller le consulter. Nous obtenons un rendez-vous en février et les analyses analyses biochimiques sanguines et, surtout, des analyses d'urine de 24 heures sont réalisées. Elle révèlent une hypothyroïdie et un traitement est aussitôt enclenché (L-Thyroxine + Cynomel, par paliers progressifs pour atteindre 100mcg de T4 et 25 mcg de T3 au bout d'un mois). Un peu surpris par ce diagnostic, je me repenche sur les protocoles de l'endocrinologue consulté un an auparavant. Le rapport indique la présence de "stigmates de dysimmunité thyroidïenne" mais rien n'est entrepris à l'époque dès lors que les analyses de sang n'ont rien détecté d'anormal. Renseignements pris sur la Toile, je découvre sur des sites étasuniens et canadiens les avantages d'une analyse sur 24 heures par rapport aux tests sanguins habituels. Enfin une piste objective!

Le confinement débarque et retarde le début du traitement par myothérapie qui doit accompagner la prise d'hormones de substitution. Dès la reprise des consultations, le Dr Seny démarre le traitement. Après 4 séances et 2 mois de traitement, l'état de mon fils s'est déjà fortement amélioré. Un mois plus tard (6 séances de myothérapie et continuation de la prise de T4 et T3), il estime l'amélioration de son état à 70 % (fréquence, intensité et durée), les 25 % restant étant largement lié à ses rhinites inflammatoires à répétition, lesquelles nécessitent une turbinoplastie (en cours). Métamorphosé, physiquement autant que moralement, il mène désormais une vie normale. Comme je l'ai écrit au Dr Seny il y a quelques jours, après près de deux ans de lutte, de douleur, de fatigue, d'errements, et de consultations inutiles toutes spécialités confondues - au terme desquelles il était entré dans une spirale négative de découragement et de perte d'amour-propre - il est enfin en mesure de reprendre confiance en soi et de reprendre sa vie en main. J'en serai éternellement reconnaissant au Dr Seny, et c'est aussi son cas, lui qui désormais peut enfin se fixer des objectifs sans craindre de s'écrouler d'un moment à l'autre.

Quant aux problèmes de digestion et de fatigue persistante, ils ont presque complètement disparu suite à l'administration de compléments alimentaires et de probiotiques ciblés, sans oublier la prise d'Hydrozyme (enzymes digestives), recommandé suite aux résultats d'un test au bicarbonate de soude ayant révélé une hypochlorydrie manifeste. Il est inutile d'ajouter que ce test n'a été recommandé par _aucun_ des médecins consultés au cours de ces dernières années...

Au terme de ce parcours du combattant des questions subsistent. Comment expliquer qu'aucun médecin consulté, endocrinologue ou autre, ne songe à pratiquer ces analyses d'urine lorsqu'ils rencontrent des patients qui présentent tous les symptômes d'un dysfonctionnement thyroïdien et dont les tests sanguins n'ont rien révélé d'anormal, alors qu'il est attesté que les valeurs recherchées fluctuent au fil des heures et que ces mêmes tests sanguins ne peuvent par conséquent pas établir un diagnostic fiable ? Que dire du travail stéréotypé des neurologues suivant un protocole rigide et ne pratiquant pas la moindre remise en question, quel que soit le degré d'inefficacité des traitements proposés?

Autant de mystères inspirant tantôt le découragement, tantôt la révolte (en ce qui me concerne, il m'est difficile d'accepter que ces problèmes aient pourri la vie de mon fils pendant deux ans alors qu'un traitement efficace existait). Manque d'imagination, de communication, de suivi? Arrogance, paresse et conformisme encouragés par la mainmise des firmes pharmaceutiques et des produits phares du moment? Réduction progressive de l'art de la médecine à de simples actes techniques (on le sait, la plupart des médecins n'ont pas attendu la crise sanitaire pour pratiquer la distanciation sociale envers leur patients) et mise à mort graduelle de l'intelligence et de la réflexion au profit de la rentabilité ? Cela mériterait une analyse approfondie qui dépasse les limites d'un message adressé à ce forum.

Je préfère conclure sur une note positive et adresser une nouvelle fois un immense MERCI au Dr Seny pour sa bienveillance, sa compétence et l'attention qu'il a porté à mon fils au cours de ces derniers mois!

Michel

Messages : 1
Date d'inscription : 08/10/2020

AlainHH aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum