Migraineuse depuis 2007 : ah tiens, c'est la fibromyalgie...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Migraineuse depuis 2007 : ah tiens, c'est la fibromyalgie...

Message  Malmatiesse le Lun 17 Oct - 17:22

Bonjour,

Ma présentation ne diffèrera pas beaucoup de la plupart des témoignages et appels de détresse que j'ai pu lire ici.
32 ans, grande migraineuse depuis 5 ans (en moyenne : au début, quasi tous les jours, et depuis que j'ai découvert les triptans, 3 par semaine...), j'ai atterri chez le Dr. Seny après avoir été recrachée par le long et périlleux circuit des médecins généralistes, des homéopathes, des neuros, des ostéos, des kinés qui, tous, ont fini par me dire : "C'est psychologique" ou "Tiens, pourtant ça marche avec les autres patients", "soupir", etc.

Inutile d'expliquer à ceux qui souffrent des mêmes maux que je n'ai plus de vie sociale, que mener ma vie pro tient du sport extrême, que je traine un lourd fardeau qu'est la culpabilité d'être celle dans mon couple qui est toujours en train de se plaindre, d'avoir mal et d'annuler les sorties, que mon iPod prend la poussière dans un tiroir, quelque part et que j'ai déjà échafaudé plusieurs façons d'en finir lorsque je suis en crise aigüe...

Prise en charge par le Dr. Seny, trois choses ont d'emblée été mises en place : traitement pour la thyroïde (tiens, oui, moi aussi je suis hypothyroïdienne, je n'en avais pas l'ombre d'un soupçon avant de mettre un orteil chez lui, mon gros bidon de pipi à la main), arrêt de la pilule (que je prenais depuis mes 16 ans... Là, il est devenu tout rouge de colère le docteur...) pour un contraceptif dix fois plus léger et les fameuses séances de myothérapie ! J'en suis donc à 3 séances sans aucun changement, puis peu après la 4ème, une petite semaine de répit côté migraine, mais je ne m'affole pas, je ne sabre pas le champagne, parfois, ça arrive...

Voilà pour la mise en bouche. Ce qui m'intéresse vraiment ici, c'est d'avoir un plus gros retour des autres patients qui ont posté des messages d'appel à l'aide sans leur donner suite : que sont-ils devenus ? Rentrent-ils dans les beaux quotas de réussite des stats téléchargeables sur le site ? Ont-ils abandonné ? Ont-ils rencontré un échec ? Ont-ils été aspirés dans un vortex, réduits au silence à jamais ? Suspect

N'ayez pas peur, dites-moi tout, parce que là, c'est le docteur Seny qui mouline de l'optimisme à ma place et j'ai besoin de concret, de me préparer au meilleur comme au pire...

À vous les studios. albino

[EDIT]
Je me rends compte, après relecture, que ces messages sans suite ne sont pas si nombreux. Et à y repenser, la dernière fois que j'ai consulté ce forum, je m'en payais une bonne, de migraine. J'ai donc dû focaliser sur ceux-là. Mais mon appel reste le même. De mon côté, je m'engage à donner un suivi, positif ou négatif, de mon "cas".


Dernière édition par Malmatiesse le Mer 16 Jan - 19:26, édité 1 fois

Malmatiesse

Messages : 17
Date d'inscription : 17/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Migraineuse depuis 2007 : ah tiens, c'est la fibromyalgie...

Message  Malmatiesse le Jeu 20 Oct - 20:37

Bon, je donne un petit suivi.
Hier, ce fut la cinquième séance : manœuvres nuque.
Et j'en bave, d'autant plus que j'ai dû passer un entretien ce matin avec tests psychotechniques à s'arracher les cheveux. Une fois rentrée et le triptan pris, à part m'assommer et me plonger trois heures dans un état de léthargie totale, ça n'a pas trop agi, je suis partie pour en reprendre un deuxième. Blouarh, j'ai la nausée (et intestins retournés) et me pencher ou m'activer relève du challenge tant ça lance à chaque battement de cœur.

Bref, toujours aucun changement à l'horizon. Je pleurerais bien mais ça fait trop mal, de pleurer.

Malmatiesse

Messages : 17
Date d'inscription : 17/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Migraineuse depuis 2007 : ah tiens, c'est la fibromyalgie...

Message  filip8 le Jeu 20 Oct - 22:11

Jessy a écrit:Bonjour,

grande migraineuse depuis 5 ans (en moyenne : au début, quasi tous les jours, et depuis que j'ai découvert les triptans, 3 par semaine...),
-DEVIENT-ON MIGRAINEUX ou PORTE-T-ON LE GÊNE DES SA NAISSANCE??
-COMMENT EST-IL POSSIBLE QUE LES TRIPTANS(conçus pour stopper une crise)PUISSENT DIMINUER LE NOMBRE DE CRISE???C'EST PLUTÔT LE CONTRAIRE:UTILISES TROP FREQUEMMENT,ILS ENTRETIENNENT LA MIGRAINE.

j'ai atterri chez le Dr. Seny après avoir été recrachée par le long et périlleux circuit des médecins généralistes, des homéopathes, des neuros, des ostéos, des kinés

JE SERAIS TRES INTERESSE DE CONNAÎTRE LES TRAITEMENTS DE FOND QUE VOUS AVEZ SUIVIS;QUELS SONT-ILS??



À vous les studios. albino

[EDIT]
Je me rends compte, après relecture, que ces messages sans suite ne sont pas si nombreux. Et à y repenser, la dernière fois que j'ai consulté ce forum, je m'en payais une bonne, de migraine. J'ai donc dû focaliser sur ceux-là. Mais mon appel reste le même. De mon côté, je m'engage à donner un suivi, positif ou négatif, de mon "cas".

filip8

Messages : 80
Date d'inscription : 03/02/2009
Age : 68

Revenir en haut Aller en bas

Mon expérience

Message  David le Sam 22 Oct - 20:09

Bonjour,
J' ai 22 ans et je suis migraineux depuis quelque chose comme 5 ans. D'abord, ce n'était que des crises éparses. Ensuite, Les crises fréquentes sont arrivées vers 2008-2009. J'ai été voir mon médecin généraliste qui m' a conseillé du magnésium et un osthéo... Résultat sensible pendant une semaine... mais une semaine de répit, qu'est ce que c'est bon!!! J'ai donc vu plusieurs kinés et osthéos sans grand résultat.. J'ai donc entrepris d'autre recherches et j'étais pr^t à aller voir le Dr Schoenen à liège pour faire une batterie de tests. Mais je suis tombé sur le site de migrainefree et je me suis dit que c'était la dernière manière douce avant les IRM etc... Les résultats se sont fait sentir tout de suite. après un examen sanguin et urinaire, il a détecté une légère faiblesse de la thyroïde. Je prends donc certaines hormones et je fais les séances de miothérapie. J'avais aussi de grosses raideurs au niveau de la nuque. Après 4 séances, je vois le bout. Petite histoire qui se termine bien et moins grave que ce que la douleur laissait présager.

Courage à vous qui vous battez avec la douleur et les médicaments... J'ai eu de la chance, je m en rends bien compte.

A bientôt peut-être.

David

PS: Je suis pas sur que ma petite histoire sois bien située dans le forum mais au moins elle y est et ça pourra peut-être servir à certains.

David

Messages : 1
Date d'inscription : 22/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Migraineuse depuis 2007 : ah tiens, c'est la fibromyalgie...

Message  Malmatiesse le Lun 21 Nov - 16:21

Bonjour David,

Merci pour ton témoignage. Tu en as de la chance, j'en suis à ce jour à 6 séances (la 7ème demain) et toujours rien.
Voire même pire côté état général ; il paraît que c'est mon foie qui bloque. En attendant, je morfle... alors que je tentais de garder la tête hors de l'eau jusque-là, depuis plusieurs semaines, je me noie...

Malmatiesse

Messages : 17
Date d'inscription : 17/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Migraineuse depuis 2007 : ah tiens, c'est la fibromyalgie...

Message  Malmatiesse le Ven 25 Nov - 1:14

Bon alors, petite remise en contexte, parce qu'apparemment, mon cas est particulier.
Il semblerait que mes migraines soient causées par une autre maladie chronique auto-immune qui touche les articulations et plus spécifiquement la colonne vertébrale.
Je dois encore faire valider tout ça par notamment des tests supplémentaires, comme une scinti que je passe déjà demain.
Quand j'en saurai plus, je donnerai davantage de détails au cas où une personne passant ici souffrirait de troubles similaires.

En attendant, je dois me rabattre sur les antiinflammatoires, qui agissent effectivement sur la douleur et "l'inconfort" (un truc de dingue : le premier soir où j'en ai pris, je me suis rendue compte à quel point finalement j'encaissais jour après jour côté douleurs lorsque celles-ci se sont calmées voire évanouies... et là, une énorme et saine fatigue m'est tombée dessus !) mais qui me bousillent le système digestif (malgré le Nexiam). Côté migraine, je ne sais pas trop, là je m'en farcis une bonne mais en même temps, c'est ma "mauvaise période".

Une chose est certaine en tout cas, le Dr. Seny est le premier médecin que je vois prendre le temps et ne pas cesser de chercher le pourquoi du comment. ;-)

Malmatiesse

Messages : 17
Date d'inscription : 17/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Migraineuse depuis 2007 : ah tiens, c'est la fibromyalgie...

Message  little frédé le Ven 25 Nov - 12:25

Bonjour Jessy,

Tout d'abord je voulais te dire que je suis vraiment contente pour toi, tu sembles apercevoir une lueur d'espoir dans ton calvaire et on sait tous à quel point c'est précieux. Je voulais aussi te demander comment vous en étiez arrivés à cette conclusion de cette maladie auto immune. Quels sont tes symptomes ? Et dans ce cas, comment te soignes-tu ? Etant donné qu'après 9 ans de calvaire migraineux sans amélioration aucune et un nombre incalculable de possibilités explorées, dès qu'il y a quoi que ce soit de nouveau à envisager, tu imagines bien que ça m'intéresse ;-)

Merci d'avance.

little frédé

Messages : 5
Date d'inscription : 23/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Migraineuse depuis 2007 : ah tiens, c'est la fibromyalgie...

Message  Malmatiesse le Ven 25 Nov - 13:39

Bonjour Frédé,

Dans mon cas, tout a (vraiment) commencé voici 12 ans, suite à chute solide dans des escaliers je me suis retrouvée avec des problèmes de dos chroniques : sciatiques aigües régulières, douleurs persistantes dans le bas du dos et sensation qu'il se transforme en bois dès que je me farcis un bain de foule, me fais bousculer... J'ai dû arrêter le sport (j'étais très sportive) et diminuer les sorties (j'étais vraiment une pile électrique). Le rhumato que je consultais à cette époque a pourtant mis le doigt dessus après analyse de mes résultats de radio et scan qui avançaient le diagnostic "arthrose aux articulations sacro-iliaques" : "Je suis plus ou moins d'accord avec ce diagnostic mais moi je pense qu'il s'agit de tout autre chose, d'une maladie chronique auto-immune évolutive, qui touche plus les hommes que les femmes... je ne préfère pas vous donner le nom de cette maladie sinon vous allez paniquer pour rien... mais la médecine fait des progrès !"

Dans les oreilles de la jeune fille de 20 ans que j'étais, ça ne le faisait pas (j'étais en colère qu'il ne me donne pas le nom, et encore plus morte de trouille à cause de ça), j'ai fui et je n'y suis plus retournée... et j'ai trainé le problème... qui s'est aggravé... qui est remonté dans le dos... et qui me prend aux cervicales voici cinq ans, date depuis laquelle mes migraines ont démarré (et date à laquelle j'ai subi une agression physique : j'ai été empoignée par la gorge, soulevée du sol et secouée un certain temps). Alors oui, j'ai continué de consulter ailleurs pour ce dos problématique, on a bien trouvé des hernies discales, on a remis en place des nonos chez des ostéos, mais sans grand succès. La seule chose qui m'ait soulagée fut la kiné Mézières : après plusieurs séances, je suis partie une semaine en vacances dans le sud de la France et je galopais dans les châteaux comme une gazelle, les douleurs étaient tout-à-fait gérables (mais une énorme migraine en début de séjour quand même).

Dans un même temps, comme dit plus haut, j'ai également consulté pour mes migraines et sur l'IRM des cervicales, on voit bien de l'arthrite et une vertèbre abîmée mais ni la neuro, ni les autres médecins n'ont tilté ! Et pourtant, comme à chaque fois, je ramène mon historique du dos, j'en parle (j'ai eu des névralgies cervico-brachiales sévères pendant 6 mois, j'avais beau m'en plaindre, aucun médecin ne s'en est préoccupé !). Il semblerait que chaque médecin ait sa façon de faire, n'aime pas en sortir et voir plus loin...

Ce qui, je pense, a mis la puce à l'oreille du Dr. Seny :
  • d'abord mes plaintes persistantes de "j'ai mal au dos, j'en peux plus, j'ai du mal à marcher, j'ai mal aux articulations sacro-iliaques..." ;
  • mon état général merdique (fatigue, faiblesse, vertiges) malgré tout ce qu'il a mis en place côté traitement thyro, nettoyage de foie, booster de tension... => "ok, changement de stratégie, prenons du recul" ;
  • je saute au plafond lors de l'examen du dos quand il exerce une pression côté sacrum, bassin et sur tout un tas de zones le long de ma colonne et souvent même à des endroits où je ne ressens à priori aucune gène !
  • mon état qui peut évoluer selon la météo (depuis que je suis rentée d'Egypte, où je n'allais déjà pas très bien, le passage du chaud et sec au froid et humide m'a complètement bousillée) ;
  • les antécédents familiaux (la Charcot qui touche un oncle et tante sur trois côté mère - ils sont 9 - et un cas de polyarthrite sévère côté mère également) ;
  • mes problèmes digestifs et mon intolérance grandissante aux produits laitiers, mes intestins qui sont "pris" lors de maux dans le bas du dos ;
  • mes antécédents d'avant l'accident de dos, quand j'étais ado : torticolis et épaule prise régulièrement (je ne m'en inquiétais jamais, je faisais deux heures de volley tous les jours, pour moi c'était des blessures sportives. Et puis quand on est jeune, on est un peu con, on se croit invincible) ;
  • et certainement d'autres éléments (je ne suis pas dans sa tête !)...


Donc on part sur l'hypothèse d'une spondylarthrite ankylosante (que j'ai mis 48h à bien prononcer).


Bon courage à toi ; as-tu la moindre idée d'une autre piste ? Le traitement habituel du Dr. Seny n'a pas eu effet non plus ? Que prends-tu pour calmer les crises ?


Dernière édition par Malmatiesse le Mer 14 Déc - 23:02, édité 1 fois

Malmatiesse

Messages : 17
Date d'inscription : 17/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Migraineuse depuis 2007 : ah tiens, c'est la fibromyalgie...

Message  little frédé le Lun 28 Nov - 11:40

Ah oui je vois. Ton parcours n'est pas évident et je peux vraiment comprendre pourquoi en temps de crises, qui malheureusement surviennent bien trop souvent, tu as envie de baisser les bras et de tout laisser tomber. C'est difficile d'arriver à mener une vie plus ou moins normale avec ce handicap et les gens qui ne le vivent pas ne peuvent pas le comprendre. J'ai moi-même eu bien souvent des crises qui ont duré une bonne semaine et quand c'est comme ça, on n'a qu'une seule envie et tu sais laquelle... comme tu dis, la douleur, ça rend fou !

En ce qui me concerne, le traitement habituel du dr Seny n'a pas eu d'effet et je n'ai pas d'idée pour une autre piste, j'en ai essayé pas mal : neuro, osthéo, kiné, cefaly, mais rien de tout ça n'a même apporté la moindre amélioration et la seule chose qui me soulage ce sont encore les triptans mais avec tous les effets secondaires que tu connais et le problème que plus on en prend, plus on entretient la douleur, c'est un cercle vicieux. Bref, le calvaire n'est pas prêt de s'arrêter !

En tout cas, courage et j'espère que le fait d'avoir identifié ton mal va permettre de te soulager.

little frédé

Messages : 5
Date d'inscription : 23/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Migraineuse depuis 2007 : ah tiens, c'est la fibromyalgie...

Message  Malmatiesse le Ven 2 Déc - 21:10

On se comprend. ;-)

Bon, je suis toujours en attente des résultats de la scinti qui ne devraient plus tarder mais en attendant, les anti-inflammatoires sont d'une grande aide pour les douleurs et les "raideurs" liées à la colonne. Côté migraines, ça s'est un peu calmé (c'est loin d'être significatif) mais en même temps, je me ménage comme je peux, notamment en fuyant le froid comme la peste (j'ai été attentive lors des dernières migraines qui se sont toutes déclenchées suite à un petit coup de froid dans le cou). Plus pour longtemps d'ailleurs puisque je viens d'être engagée pour un nouveau job que je commence le 14. affraid

Pour les faiblesses et vertiges, ce n'est pas toujours ça mais c'est peut-être lié à ma carence en vitamine B et l'anémie si j'ai bien compris. En attendant, je tente de manger plus de viande alors que je déteste ça et je prends des compléments en vit. B. J'imagine que ça prendra un peu de temps...

Le sevrage...
Vu que tu en parles, voici mon expérience, puisque ça a fonctionné. Il y a deux ans, ma neuro avait eu la bonne idée (c'est bien la seule qu'elle ait eue) de me sevrer des Triptans et des antidouleurs (qui ne me font absolument rien d'ailleurs) pour repartir sur une base saine afin de mieux comprendre quand les migraines se déclenchent mais aussi et surtout, afin de casser toute dépendance qui entretiendrait ces migraines. J'étais morte de peur à l'idée de ne plus pouvoir rien prendre alors que finalement, ça s'est super bien passé. Elle m'avait proposé l'hospitalisation mais j'avais refusé catégoriquement (je veux faire les choses moi-même comme une grande tant que c'est possible). Nous nous sommes alors mises d'accord sur un sevrage dégressif : la première semaine, je suis autorisée à prendre "x" antidouleurs et "x" triptans, etc. Personnellement, chez moi, c'est un mode de fonctionnement qui marche, ce n'est pas le cas pour tout le monde, certains préfèrent arrêter d'un coup et/ou d'autres encore, être hospitalisés.

Résultat : j'ai pris une semaine de congé afin d'être zen maison et j'ai finalement tout arrêté d'un coup, le planning dégressif n'étant là que pour me rassurer. Et je prenais une bonne dose d'attaque sur ses conseils pour bien casser la crise. De tête bourdonnante tous les jours avec crises qui durent des jours, je suis passée à tête plus claire avec de bonnes grosses crises en moyenne trois fois par semaine.

Le pire, c'est que je suis devenue dépendante à l'époque de tous ces brols parce que des médecins m'avaient justement dit : "Il faut tout de suite prendre quelque chose pour stopper la crise au plus vite" Alors que maintenant, je préfère me poser la question et j'attends de voir si elle se développe ou pas. Parfois, la tension commence, je me mets au chaud, je prends une bonne douche, je passe du baume du tigre, je mange un bon repas pas gras et pof, elle part se recoucher, toujours menaçante mais domptée. Bon, ça dépend fortement des conditions ; par exemple, au travail, pas vraiment moyen de se préserver.

Du coup, si tu n'as jamais essayé le sevrage, je ne peux que te le conseiller. Aide-toi d'un calendrier, avec un médecin compétent, prévois des congés pour être la plus détendue possible et vois ce que ça donne... Si tu as de bons résultats, ce sera enfin le moment de tenter les autres plans d'attaque qui auront plus de chances de fonctionner.

Je te souhaites d'y parvenir ! :-)

Malmatiesse

Messages : 17
Date d'inscription : 17/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

SANS compter la plus pénible histoire de sevrage!

Message  Admin le Jeu 8 Nov - 20:48

A remonter historiquement sur le forum , je me souviens , hélas d'avoir transpiré sur ce problème et je ne sais plus si j'étais au courant de cette addiction qui rend toute victoire IMPOSSIBLE. MERCI à Jessy de nous le rapeller encore et encore: PRUDENCE, PRUDENCE...avec les mauvaises habitudes;

UNE leçon aussi et surtout pour les FIBROMYLAGIQUES qui sont SURMEDICALISES dans les centres "pilotes" et autres centres anti-douleurs. LES médicaments , on ne le dira jamais a suffisance ONT DES EFFETS FINALEMENT PREVISIBLE AU LONG COURT: IL BLOQUE des tas de fonctions utiles physiologiques. Que le grand docteur qui conseille dans l'ombre l'association FOCUS-Fibromyalgique s'en souvienne le premier; L'aire du tout à la chimie en médecine devrait s'effacer devant l'évidente SPIRALE INFERNALE de l'iatrogénicité fréquente , superfréquente et EXTRÊMEMENT DIFFICILE à traquer dans une société qui FAIT UNE CONFIANCE AVEUGLE aux apprentis sorciers, que sont parfois les TOUBIBS UNIVERSITAIRES!


Dernière édition par Admin le Jeu 17 Jan - 11:27, édité 1 fois

Admin
Admin

Messages : 197
Date d'inscription : 30/10/2007
Age : 62
Localisation : Hannut

http://migraine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Un an plus tard et des brouettes...

Message  Malmatiesse le Mer 16 Jan - 19:24

Bonjour à tous,

Nous voici un an et quelques mois plus tard... beaucoup de temps a passé depuis ma dernière intervention mais j'avais besoin de temps pour tester sérieusement diverses choses.

Tout d'abord, il apparait que, selon mon rhumatologue, le diagnostic n'est finalement pas la "spondylarthrite ankylosante" mais la fibromyalgie.
En effet, mes os et cartilages semblent en bon état, par contre ce sont mes tendons et muscles qui trinquent.

Pour tout vous dire, alors que j'en avais eu peur au départ, ce diagnostic m'a soulagée. Car non seulement il explique beaucoup de choses comme la fatigue chronique, le mauvais sommeil, les problèmes de digestion... et les migraines. Mais aussi, je me sens libérée du poids de la culpabilité de ne pas pouvoir en faire "plus", aussi bien dans ma vie professionnelle que dans ma vie privée. Donc, je me sens un peu plus en paix même si je reste un peu attristée. Il me semble que la "fibromyalgie" est également un fourre-tout idéal pour y caser un ensemble de symptômes qu'on ne parvient pas toujours à expliquer. Cette réflexion n'engage que moi.

Bref ! Voici une liste de ce qui n'a pas marché et de ce qui a marché concernant mon état général et mes migraines car... oui, aujourd'hui, je peux le dire, statistiquement elles ont diminué depuis le début de l'automne : de trois par semaine en moyenne (constante depuis 2007), je suis passée à deux, depuis deux mois une, parfois zéro. Ca dépend des semaines...

Ce qui n'a pas fonctionné

  • Voir plus haut les traitements de fond anciennement prescrits par divers médecins et neurologue...
  • Voir plus haut, l'ostéopathie.
  • La myothérapie.
  • Les gélules à base d'ornithine, d'arginine et de lysine (3 de 750 mg le soir) : après avoir suivi scrupuleusement les indications et fini le flacon, je n'ai constaté aucun résultat ou amélioration quelconque.

Ce qui fonctionne

  • Pour rappel (et pour faire suite au dernier message du Dr. Seny) : le sevrage médicamenteux, car la prise trop régulière entraine un phénomène de dépendance qui entretient un fond migraineux. Donc si vous prenez quasi tous les jours des antidouleurs, vous êtes dedans jusqu'au cou... Faites-vous aider pour d'abord vous sevrer, ensuite envisagez avec votre médecin des doses d'attaque efficaces pour bien "couper" la migraine.

    Ce qui fonctionne chez moi, sur les conseils de mon nouveau médecin traitant : 1 sumatriptan 50mg (ou 100mg pour les plus costauds, moi je suis un poids plume...) + 1g de paracétamol (ou "Dafalgan Forte" : le générique coûte moins cher alors qu'il a la même composition) + 2 Motilium Instant (pour la nausée).

    Alors que le paracétamol ne m'a jamais aidée, dans cette combinaison là, c'est gagnant ! Plus besoin de prendre une deuxième prise de triptan quelques heures plus tard ou le lendemain comme cela m'arrivait régulièrement. Après deux heures, j'émerge !

    Pour info, après quelques années de consommation de triptans, j'ai commencé à développer voici une année de l'arythmie cardiaque : depuis que j'ai réussi à calmer les migraines (voir ce qui marche ci-dessous), et appris à mieux les couper, et donc, que je consomme moins de triptans, le phénomène s'est calmé.

  • J'ai arrêté toute contraception hormonale en juillet 2012 : le choc est moins grand lors de l'arrivée des règles et je me suis enfin "retrouvée". Bon, je fais de l'acné mais on ne peut pas tout avoir (et puis je finirai par l'avoir !).

  • En janvier 2012, j'ai pris deux résolutions qui m'ont brillamment aidée dans mon état général : arrêter tout soda (j'étais accro au Coca Light) et devenir végétarienne.
    Revoir toute mon alimentation fut la meilleure décision prise de toute ma vie ! Je n'ai jamais vraiment apprécié la viande, résultat, j'avais un déséquilibre côté apport en protéines, je mangeais trop sucré, etc. En devenant végétarienne, j'ai petit à petit redressé la barre et retrouvé un équilibre alimentaire qui me fait le plus grand bien ! Je mange encore occasionnellement de la viande quand je ne peux faire autrement (repas de Noël en famille par exemple). En revanche, je mange du poisson et des œufs, ou je compense avec des protéines végétales (soja, pois chiches, lentilles, quinoa, etc.). À côté de ça, je mange le plus varié possible : toujours deux à trois sortes de légumes au minimum en plus des protéines et de bons glucides (riz, pâtes bio, pomme de terre, etc.) à chaque repas. Ça a l'air compliqué comme ça mais on apprend vite à préparer des trucs facilement et rapidement.

    J'ai également viré tout ce que je digère mal, bah oui, pourquoi insister ? Ainsi, tout ce qui se trouve à base de lactose a bien disparu du menu : mon colon me remercie et mes articulations aussi ! Finies les nuits nauséeuses à me demander ce qui m'arrive pour commencer ma journée la tête plombée d'une migraine ! Comme je digère mieux, j'apprécie davantage bien manger et en plus grande quantité...

    Plus loin encore, tout ceci m'a amenée à une chose encore plus positive. Devenir végétarienne et manger équilibré, c'est aussi devoir se mettre à cuisiner et fuir comme la peste les plats préparés et autres préparations douteuses des supermarchés bourrées de saloperies : conservateurs, additifs (à éviter quand il sont au moins trois dans un même produit), trop de sel, de sucre, huile de palme, etc.

    Donc au revoir également les crasses industrielles comme les biscuits et autres pâtisseries : j'ai même remplacé le sucre de mon thé par du miel. Très vite, je me suis rendue compte que mon goût pour le sucre a descendu d'un palier et ça a eu un effet positif sur ma fatigue chronique. Toutes ces crasses ont été remplacées par des fruits : bananes contre les crampes musculaires (magique !), et selon les saisons (parce que oui, je suis écolo) et ce qu'on peut trouver de local, au moins un à deux fruits plein de vitamines C, etc.

    Non, je n'ai pas arrêté le chocolat que je prends désormais noir, ni les petits plaisirs (on ne vit qu'une fois !): allez jeter un œil dans les rayonnages ou magasins bio, il existe des spéculoos à l'épeautre et autres biscuits sains. On peut aussi faire des cakes soi-même sans lactose, etc.

    Résultats : exit les migraines qui déboulent suite à une mauvaise digestion et bonjour le système immunitaire avec meilleur état général, ce qui aide fameusement le moral. Alors que d'habitude je me farcis des angines à répétition, des sinusites, des trachéites, etc., en 2012, j'ai compté deux rhumes de 3 jours et une gastro (épidémie au boulot, pas pu y échapper). C'est la première fois que ça m'arrive depuis mon adolescence. Je me sens plus "forte" sur mes jambes : bien que je suis très fine, je sens mes muscles plus souples et fermes, j'ai même pris du poids (pour rassurer les personnes en surpoids qui ont peur de grossir en devenant végétariennes : ça les fera au contraire perdre du poids, c'est une question d'équilibre... moi, je n'en avais pas assez) ! Beaucoup moins de vertiges que j'avais en quasi permanence à l'époque...

  • En plus de cela, pour être sûre de ne manquer de rien et résoudre d'autres petits bobos, je prends des compléments alimentaires :

    • vitamine D (dose d'entretien une fois par mois, de l'automne au printemps au moins),
    • vitamines B (Befact Forte),
    • vitamine C (occasionnellement, quand tout le monde autour de moi tombe malade et que je sens que je dois résister),
    • huile d'onagre avec vitamine E et huiles essentielles de lavande pendant ma phase lutéale (n'oublier aucune prise pour que ce soit efficace) pour limiter le syndrome prémenstruel : ça marche à fond les moulinettes pour les crampes (depuis l'arrêt des contraceptifs hormonaux, je suis pliée en 20 avant et pendant chaque période de règles, cette huile est une bénédiction, ça a marché dès le premier cycle de prise et, ça évite, encore une fois, la prise d'antidouleurs !). C'est vendu en gélules toute faites en pharmacie, comme par exemple "pre-ms" de la marque "Tilman" (le moins cher de ce qu'on m'a proposé),
    • en ce moment, je tente l'extrait de Maca qui, je l'avoue, semble aider à réguler mon cycle hormonal (à voir sur le long terme),
    • ET... du curcuma. Je pense que c'est ce truc qui m'aide vraiment côté douleurs musculaires et donc... apparitions des migraines.

    Ce fameux curcuma (et gingembre) : j'avais d'abord commencé à en prendre sous forme d'épice dans mon alimentation. Je mettais le "paquet" hein. Toujours associé à du poivre noir, ce qui augmenterait sa biodisponibilité. Ça et du gingembre. J'avais lu, vu, entendu que ce sont de bons antiinflammatoires, sinon excellents pour la santé. Je tentais, sans trop y croire... Progressivement mais assez vite, mes plus grosses douleurs au bassin et au dos se sont atténuées de manière impressionnante : plus de boiterie le matin ! Puis, pendant quelques jours, je n'ai plus eu le courage de cuisiner moi-même, n'en ai plus consommé et à la place, mangé des trucs tout faits, et vlan, les douleurs sont revenues, mordantes, piquantes, brûlantes. Impossible de marcher au sortir du lit ! J'en ai repris : tout s'est calmé. Intriguée, je suis allée en parler à mon médecin de famille qui, ouvert d'esprit mais n'ayant encore aucun recul sur la chose, m'a quand même proposé une prescription de curcuma sous forme de comprimés, juste pour voir... Et ça semble fonctionner... Mais punaise, que c'est cher !

    Statistiquement, c'est depuis la prise de curcuma et de gingembre que mes migraines ont commencé à diminuer. Et d'avantage depuis que je bois plus d'eau... Ça a eu un excellent impact également sur ma digestion. Peut-être est-ce lié ?

  • BOIRE BEAUCOUP D'EAU ! On ne le dit jamais assez. Ma journée au travail n'a de chance de bien se dérouler que si le matin j'ai bu au moins un litre d'eau et un à un et demi sur l'après-midi au minimum. Je me suis carrément acheté une gourde que je glougloute tout au long de la journée. Oui, devoir aller faire pipi, c'est chiant, mais testez juste une semaine pour voir la différence... Si une migraine doit sortir, elle le fera moins rapidement, et moins fort.

  • Me prémunir contre les contractions musculaires ou les soigner rapidement, sinon, c'est migraine assurée : une douche très chaude le matin et le soir pour forcer les muscles à se relâcher. Appliquer du baume du tigre (le tout simple) dans le haut du dos ou la nuque dès que ça tiraille (car ça remonte immanquablement en migraine et torticolis chez moi). Bien me couvrir la nuque et me protéger du froid : j'ai une collection d'écharpes de compétition, de grosses chaussettes et de jambières, je ne vous raconte pas. Et ma bouillotte en noyaux de cerises est ma meilleure amie quand je vais me coucher. Paradoxalement, surchauffer votre maison ou votre bureau n'aide pas, une température ambiante saine doit suffire sinon bonjour à nouveau migraine et choc thermique.

  • Dormir... quand je peux. Si je dois aller travailler le lendemain, curieusement, pouf, je dors mal (oui, je suis un petit être sensible et perfectionniste qui s'affole au moindre stress, hé, hé). En revanche, j'ai appris à dormir dans les transports en commun et je me rattrape pas mal dès que j'ai un jour de congé. Bon, du coup, ça limite les activités avec famille et amis mais on fait ce qu'on peut.

  • Éviter le stress inutile. Tous les médecins vous diront ça. Et vous, vous penserez : "Oui, mais non, attends, ce n'est pas réaliste !" Oui, la vie est faite de stress, de doutes, de chocs, de tous ces trucs qui nous contractent et nous rendent malades physiquement. En revanche, c'est le moment idéal pour se remettre en question : quels stress inutiles puis-je éliminer ? Le pote boulet super négatif qui déprime pareil depuis dix ans et qui te saoule cinq fois par jour avec ses e-mails ? On supprime. Une activité pas forcément utile et trop stressante ? On supprime... mais on remplace par une autre, super sympa. Si le stress est incontournable, on compense : perso, plus ma journée a été pourrie, plus j'ai besoin de rire, de me distraire, ou d'être dans ma bulle (oser dire "je veux être seul"). Bref, cet aspect est purement perso, c'est à chacun de faire le point et de se trouver ce qui lui va. Mais, c'est incontournable.


Je pense avoir fait le tour pour le moment ! Pour info : je ne me suis toujours pas résolue à prendre le traitement d'antidouleurs prescrit par mon rhumatologue. Je voulais essayer autrement. Jusqu'ici, j'ai trouvé des petits trucs qui associés les uns aux autres me permettent d'affronter mon quotidien. Je travaille toujours à temps partiel, et j'y tiens, je m'y accroche. Rester actif est primordial, pour autant que je sache me ménager des pauses (là, c'est surtout une question de travail sur soi en ce qui me concerne, hé, hé : j'ai toujours tendance à vouloir trop tirer sur la corde...).

Et je place la barre haut, mon prochain objectif est de reprendre du sport, le truc totalement impensable pour moi il y a une année encore... Je me dis que cette "maladie" DOIT m'apporter au moins quelque chose de positif : la remise en question côté hygiène de vie. Pendant que ceux qui n'ont jamais mal continuent de se goinfrer de pizzas au fromage recomposé plein d'huile de palme, de cocas zéro plein de merdes et autres produits aux phtalates/parabènes et que sais-je, ceux qui souffrent déjà aujourd'hui vivront peut-être plus longtemps. Na. rendeer

Malmatiesse

Messages : 17
Date d'inscription : 17/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

APRES LES GRANDS SEVRAGES , QUE reste-t-il à faire?

Message  Admin le Jeu 17 Jan - 11:55

Après ce chantier pharaonique ET admirable de sevrages multiples et intelligents ( éviction TOTALE de la pilule , de l'aspartam, des sucres rapides, des phtalates, mais aussi les réductions drastiques de triptans , ains, antidouleurs) et de nécessiares compensations (onagre, curcuma, maca, mg, gingembre etc) et les succès relatifs et indicutables observés ici depuis qlq mois, je pense , à l'expérience qu'il est l'heure de recontrôler les paramètres endocriniens (DHEA mais surtout Thyroïde avec les T3/T4 urinaire) et de les corriger au besoin; cela pourrait donner la solution finale .En d'autres circonstances (prématurées?) ces approches étaient voilées par les addictions et donc empêchées d'agir..
Bonne continuation et que cet exemple donne le courage de porter le fer dans des habitudes délétères nombreuses et insidieuses.


Admin
Admin

Messages : 197
Date d'inscription : 30/10/2007
Age : 62
Localisation : Hannut

http://migraine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

APRES LES GRANDS SEVRAGES REUSSIS,QUE resterait-il à faire?

Message  Admin le Jeu 17 Jan - 15:10

Après ce chantier pharaonique ET admirable de sevrages multiples et intelligents ( éviction TOTALE de la pilule CONTRACEPTIVE , de l'aspartam, des sucres rapides, des phtalates, mais aussi les réductions drastiques de triptans , ains, antidouleurs) et de nécessiares compensations (onagre, curcuma, maca, mg, gingembre etc) et les succès relatifs et indicutables observés ici depuis qlq mois, je pense , à l'expérience qu'il est l'heure de recontrôler les paramètres endocriniens (DHEA mais surtout Thyroïde avec les T3/T4 urinaire) et de les corriger au besoin; cela pourrait donner la solution finale .En d'autres circonstances ( JADIS prématurées?) ces approches étaient voilées par les addictions et donc empêchées d'agir..
Bonne continuation et que cet exemple donne le courage de porter le fer dans des habitudes délétères, nombreuses et insidieuses.


Admin
Admin

Messages : 197
Date d'inscription : 30/10/2007
Age : 62
Localisation : Hannut

http://migraine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Migraineuse depuis 2007 : ah tiens, c'est la fibromyalgie...

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:14


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum