le neurologue migraineux, plus qu'un paradoxe,

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

le neurologue migraineux, plus qu'un paradoxe,

Message  Admin le Jeu 27 Mai - 23:11

article découvert ce 20/05/2010 dans JIM par dr Françoise Ponchie Gardelle:
"Il y a peu de données épidémiologiques concernant la prévalence de la migraine chez ceux qui en ont fait leur spécialité mais les quelques éléments dont on dispose à ce propos, en provenance des Etats-Unis, du Canada, d'Allemagne et de Taiwan sont homogènes et suggèrent que cette pathologie est beaucoup plus fréquente chez les Hommes de l'Art que dans la population générale; en supposant même qu'ils aient plus tendance que les autres à identifier la nature du phénomène.

En effet, dans une étude américaine , menée sur un an,on observe une prévalence de cette affection atteignant 59,3% chez les spécialistes(masculins) de la migraine, 34,7% chez les neurologues d'autres orientations;, alors qu'elle se situe à 6% dans la population générale.

Diverses hypothèses sont avancées pour tenter de clarifier les origines des discordances, y compris que la pathologie ait pu susciter des vocations et que l'exercice de la neurologie soit particulièrement tressant.

L'analyse des solutions thérapeutiques adoptées par cette population, n'est pas sans surprise non plus, sachant que l'on y retrouve rarement les triptans, que les AINS représentent environ 80% du total et qu'une prophylaxie n'est suivie que dans moins de 5 à 13% des cas environ.

Après réflexion, les auteurs avouent manquer d'arguments pour décrypter totalement la situation observée."

Brockman N et Coll;Migraine in neurologists and headache spécialist.Headache 2010;50:138-140

Voilà qui est éclairant, ne trouvez vous pas?
De savoir que pour eux-mêmes les neurologues n'aiment pas ou ne croient en les triptans et qu'ils ne sont pas près de prendre au long cours des anti-épileptiques (fatigue, surpoids) ou des bétabloquants (frilosité , impuissance).
L'arroseur ne se voit pas en arrosé.
Ce qui n'empêche pas de faire l'essais des médications chez les patients dont on aurait l'usage ensuite ,en limitant les risques pour soi ?

Illustration peut-être de "faites ce que je vous dis, pas ce que je fais"?

Réactions?
avatar
Admin
Admin

Messages : 206
Date d'inscription : 30/10/2007
Age : 63
Localisation : Hannut

http://migraine.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum